Dans cet article je vais vous parlez d'un artiste qui se nomme Michel Kirch et de son oeuvre " Homo Fukushima ".

Nous allons d'abord percevoir l'histoire de Michel Kirch, puis son oeuvre avec son explication. Et nous pourrons contempler d'autre de ses créations.

 

Michel Kirch

index

Michel Kirch est né en France, en 1959 à Metz. Il a fait des études médicales à Strasbourg. Michel Kirch a effectué un séjour d’un an à l’École de Haute Montagne de Chamonix. Et a également pratiqué des années d’alternance entre grands voyages (un an dans le Sahara, quatre mois chez les Bédouins du Sinaï, un été sur un chalutier de Santander, trois ans en basse Galilée, un an à Tel Aviv, un hiver dans le Haut-Atlas, etc.) et carrière médicale. Il a décelé par ces voyages, une expression littéraire et découvert la photographie. En 2010 il se consacre exclusivement à sa carrière artistique. Il a accompli au terme de l’année saharienne,une première exposition à l’Espace Canon intitulée «Jeux de sable». Michel Kirch expose dans différentes galeries en Europe, aux États-Unis et en Asie, 70 expositions dans 15 pays. Il est invité à la Biennale d’Alessandria en 2008 pour représenter la France dans l’exposition « Shapes of Time ». Michel Kirch fera l’acquisition d’œuvres par des collections publiques et privées. Il choisira des œuvres de la série Climats par la Province de Milan dans le cadre d’une conférence d’Edgar Morin pour connecter sa pensée dans l’univers artistique. Il sera le premier artiste choisi par L’Art pour la Conscience et le Partage des Biens Communs avec don d’une œuvre pour la fondation parrainée par Edgar Morin. Michel Kirch est sélectionné deux années consécutives par la galerie Esther Woerdehoff pour Paris Photo en 2010 et 2011 et pour le MIART et le MIA à Milan en 2010 et 2011. Puis sélectionné trois années consécutives par Mac Paris entre 2009 et 2011. La Ville de Marseille aura un coup de cœur pour son exposition TransPhotographies en mai 2010. Il est invité au Angkor Foto Festival en 2010 par la John McDermott Gallery et exposera pareillement à l’Espace Cardin parrainée par Edgar Morin et soutenue par l’ESA en décembre 2011, avec la peintre Dominique Paulin. Il est nommé ambassadeur de l’Interculturalité du Club UNESCO Sorbonne, en juin 2012. Michel Kirch est invité par l’ambassade de France en Inde à exposer à New Delhi en février 2013, invité par l’UNESCO à exposer pendant la Global Conference, juin 2013. Il a obtenu, Lauréat de Black and White Magazine : Award Winner Portfolio Contest, 2013, le Grand Prix Eurazeo 2013 pour la photographie. Il est convié par la Mairie de Paris et les Journées Européennes de la Culture Juive dans la thématique “Ponts et Cultures” avec exposition personnelle et conférence en septembre 2015. Il a reçu Lauréat du Concours International «l’Esprit de la Méditerranée », organisé par PHOTOMED et LENSCULTURE, Lauréat du “ CREATIVE QUARTERLY “ 2017 (Fine Art Professional) en mars 2017. De plus Lauréat des 32èmes Chelsea International Fine Art Compétition (Manhattan), mars 2017. Michel Kirch est Sélectionné au FESTPHOTO BRAZIL (Lauréat), 10ème anniversaire, Porto Alegre, Brésil, mai 2017.

 

Homo Fukushima

 

4" Homo Fukushima " est un mutant… le stade le plus contemporain de l'espèce humaine, adapté plus ou moins à un environnement aux composantes climatiques et géologiques désormais juxtaposées aux contextes politiques, économiques, démographiques… J'ai choisi le Japon comme objet de démonstration, laboratoire symbolique d'enjeux universels. Car ce pays abrite à lui seul une panoplie presque complète de tous les risques potentiels, sur fond de sol imprévisible. Car si les volcans, tremblements de terre et tsunamis ont toujours façonné le paysage et la culture, la nouveauté réside dans l'histoire (Hiroshima), l'économie (high tech), la densité urbaine, l'écologie (nucléaire civil), et la politique (en confiant par exemple à un opérateur privé la liberté d'installer des réacteurs nucléaires en bordure d'océan). Le Japon est un des moteurs essentiels de la société de consommation : développement sans précédent des capacités et vitesse de production, flux tendus des stocks, créativité high tech, rationalisation optimale, urbanisation massive. Création d’une civilisation de l’éphémère, du dérisoire, se superposant à la culture d’un Japon intemporel. En amont, avec la production (énergie, objets, nourriture...), en aval avec la concentration toxique de déchets (dans le corps, l’environnement). 

Mon thème aborde la consommation en amont et en aval de l’acte de consommer, dans une trajectoire allant d’Hiroshima et Fukushima. Et se superposant à la catastrophe naturelle, par delà les dommages collatéraux innombrables liés au mode civilisationnel, déambulent dans le paysage dévasté, saturé des résidus de la modernité, des moines Shinto, des danseurs de Butô, comme une référence à la tranquille attitude précédant la société de consommation. 

La subduction menace depuis toujours le Japon d'engloutissement, mais c'est peut-être l'homme qui prendra la géologie de vitesse en rendant possible, en cas d'accident majeur, une évacuation totale de l'archipel.

Homo Sapiens, qui sait s'adapter, doit ici affronter un changement brutal dans son rythme et sa nature. Il devient sans même s'en apercevoir Homo Fukushima, celui là même qui tirera sa force de cette difficulté spécifique. 

Au delà de la survie, qui stimule intelligence et créativité, perdure l'indicible sentiment de fragilité qu'implique la conscience aiguë de l'instabilité. C'est alors que se profile non plus seulement l'intelligence, mais aussi la force spirituelle…

Dans ce travail à l'ambition poétique, le réel est intégré dans des contes visuels lui donnant un sens d'autant plus aigu.

Homo Fukushima sera ainsi une sorte de peinture de l'homme post moderne.

 

Michel Kirch


 

Et voici d'autres de ses oeuvres :

 

2

 La Voie

3

Le Je du jeu


 

Voila j'espère que vous avez apprécié mon article et n'hésitez pas à laisser un commentaire pour me dire comment je pourrais présenter la prochaine oeuvre !!

Cheerful